Le Focke Wulf 190 A6 Wnr 470233 - 7 blanc du 5/JG 26

Textes Pierre Ben

Ce vendredi 7 janvier 1944 de nombreux combats aériens avaient lieu au-dessus de Doullens, le Fock Wulf 190 A6 Wn 470233  (7 Blanc) du 5 Staffel de la JG26, abattu lors de ces combats, s’était crashé dans le larris du bois d’Autheux à Boisbergues. Le pilote de cet avion, l’Uffz Gerhard FALKNER avait sauté en parachute mais avait été blessé.
Cependant, au cours de la chute de cet appareil, une partie d’une aile était tombée près de la maison de Gilbert Patte, située rue Principale à Boisbergues.

Le plan de situation

carte crash Boibergues 001.jpg

FW 190 A du 5/JG26

FW190-A1-JG26-(B13-)-WrkN100-France1941-3.jpg

PREMIÈRE EXCAVATION

Nous étions allés en reconnaissance sur le terrain en 2012. Le site a été très facile à localiser grâce à Mr Gilbert Patte qui connaissait l’histoire et l’endroit du crash. Le terrain actuel est un bois, ancien larris, localement en pâture pendant la guerre, il a été reboisé par Mr Patte, propriétaire, pour la chasse. Le cratère du crash était encore bien visible, environ 4 à 5 m de diamètre sur au moins 1m de profondeur. Un problème se posait car deux gros arbres avaient poussé dans le milieu du cratère.  Mr Patte avait posé diverses tôles en guise de garinnière pour la reproduction des lapins de garenne, ce qui ne nous a pas permis de détecter, mais à l’évidence le témoignage était fiable vu l’empreinte du crash. Autre souci après la non détection et les arbres à abattre, l’endroit nous paraissait assez inaccessible pour une grue, donc nous décidions d’abandonner l’excavation, au grand désespoir de Mr Patte.

 

 

Puis en début de cette année 2017, Mr Pruvost, jardinier au château d’Occoches, nous incita à reprendre contact avec Mr Patte pour voir ce qu’il était possible de faire. Ghislain Lobel reprit donc contact et Mr Patte, toujours aussi enthousiaste, répondit « oui » immédiatement. Il s’est alors proposé de contacter un ami paysagiste qui possédait une grue à chenilles. Tout paraissait simple pour nous maintenant. Rendez-vous fut pris le 30 Avril, mais surprise, le paysagiste en question arriva avec une grue de 1T5, donc vraiment trop petite pour ce genre d’excavation. Néanmoins il essaya tout de même, bien sûr sans résultat, l’arrachage de souches était impossible avec ce genre de matériel. Seul un morceau de pneu fut trouvé, avec en évidence l’insigne du « cheval cabré » de la marque Continental, les lettres CO et le « made in Germany ».

Tentative infructueuse

1ere excavation avortee du 30 Avril (1).jpg

Arrivée de la grue trop peu puissante

1ere excavation avortee du 30 Avril (2).jpg

30 Avril 2017 attente de la grue

1ere excavation avortee du 30 Avril (3).jpg

P. Ben JP et Me Ducellier observant le pneu

1ere excavation avortee du 30 Avril (5).jpg

Gérald & Jacky

1ere excavation avortee du 30 Avril (6).jpg

Les membres un peu dépités

1ere excavation avortee du 30 Avril (7).jpg

Premiers coups de godet

1er coup de godet (1).jpg

Premiers coups de godet

1er coup de godet (2).jpg

Première détection

1ere detection (2).jpg

DEUXIÈME EXCAVATION

Un nouveau rendez-vous fut pris le 24 Juin avec cette fois l’entreprise Bouffel TP équipée d’une grue de 8 Tonnes à chenilles. Après l’arrachage de souches d’arbres qui avaient été abattus par Ghislain deux mois avant, le sol de craie de ce larris était finalement meuble, contrairement à ce que l’on aurait pu craindre. Tout de suite nous avons trouvé quelques fragments d’alu, d’autres morceaux de pneus Continental provenant du train principal. Le godet de la grue étant petit, il fallait beaucoup de patience pour extraire toute cette craie. Ensuite nous avons trouvé trois bouteilles à oxygène, le dossier de siège blindé ainsi que la partie arrière du siège également blindée avec encore des fils électriques, c’était la première fois que nous trouvions une telle pièce sur un crash de FW 190. Bizarrement nous avons trouvé le réducteur du moteur assez proche de la surface, alors qu’habituellement il se trouve avec le moteur, ensuite la roulette de queue en relativement bon état. Des morceaux de bâti moteur avec les silentblocs de fixation en bon état, plusieurs autres plaques de blindage, du moteur et peut-être des coffres à munitions, des culasses en état moyen, puis le bloc moteur avec quelques pistons, mais sans cylindres vu la violence du crash, furent également récupérés. Par contre, fait étonnant, nous n’avons pas retrouvé le moyeu d’hélice, probablement éjecté à l’impact avec les pales.

fw-190-a-5- REVU OK.jpg

Désouchage

Desouchage (2).jpg

Alain & Amedée

Alain  Amedee.jpg

Ghislain dans la craie

Ghis dans la craie.jpg

Jacky Faudé avec le réducteur moteur

Jacky (1).jpg

Jean-Pierre Ducellier

Jean Pierre Ducellier.jpg

Gilbert Patte & Géralde Frion

Gilbert et Gerard.jpg

Jean Pierre, Jackie et Jacky

Jean PierreJackie et Jacky.jpg

Pierre et Jean-Pierre

Pierre  Jean Pierre.jpg

Bloc moteur

Bloc moteur 801 (1).jpg

Bloc moteur et réducteur après 1er nettoyage

Bloc-moteur  redycteur.jpg

Bouteilles à oxygène

Bouteille oxygene FW.jpg

Cylindre BMW 801

Cylindre 801.jpg

Dossier siège

Dossier siege .jpg

Dossier siège - Bloc moteur - Réducteur

Dossier siege  redycteur  bloc moteur.jpg

Haut de siège blindé

Haut siege blinde.jpg

Partie du bâti moteur

partie bati moteur.jpg

Découverte roulette de queue

roulette de queue (4).jpg

Pneu Dunlop roulette de queue

pneu Dunlop roulette arriere.jpg

Partie du pneu Continental

pneu Continental.jpg

Cheval cabré et le "made in Germany"

partie pneu Continental.jpg

Roulette de queue

roulette de queue (2).jpg

Détail roulette de queue

roulette de queue (5).jpg


Un B24 sera perdu en Suisse mais les autres B24 seront perdus en général au Sud de la Seine, dans les régions de Melun, Chartres... Sully-la-Chapelle... un B17 porté disparu au niveau de la Sarre, de Thionville...

Notre région verra en principe 3 de ces avions stragglers (2 de la Première Division et un de la Troisième Division se faire abattre par la chasse allemande au-dessus du Pas-de-Calais et de la Somme comme nous le verrons un peu plus loin.

Escorte : 571 appareils P47 + P51 + P38 de la 8' et 9* AF des USA

Victoires revendiquées : 7-0-3 e/a. Pertes : 6 MIA.
Première Force :
Support de Pénétration au-dessus de la Hollande.
Lead Box : 33/37 P47 du 78' (A) FG - Lt-Col. Deyhuff. 09h48/12h50.
Rear Box : 50/52 P47 du 356' FG - Lt-Col. Coen. 08h54/12h31.
Target Support :
37/45 P47 du 354' FG - Major Bickel. 08h55/14hll.
Support lors du retour :
Lead Box : 47/50 P47 du 56' FG - Col. Landry. Ilh04/14h05.
Rear Box : 43/52 P47 du 355' FG - Major Dix. Ilh00/13h46. Escorte jusqu’à Guise. Deuxième Force :
Support de Pénétration au-dessus de la Hollande.
Lead Box : 41/41 P47 du 78' (B) FG - Cap. Hay. 10h08/13h02.
Rear Box : 44/44 P47 du 358' FG - Lt-Col. Wells. 10h03/12h58.
4 P47 MIA. Maj. DA. Younglas - Lt L. Pousette - 2ndLt CA. Bedford
Tous les 3 du Squadron 367. Abattus au Sud-Est de Mauheuge. (Cousolre - Colleret) Lt Osborne du Squadron 365. Crash dans la mer.
Target Support :
Lead Box : 36/39 P38 du 20* FG - Major L.P. Montgomery. 09h52/14h20.
Rear Box : 36/48 P38 du 55' FG - Cap. Peterson. 09h57/14h04.
Support lors du retour :
Lead Box : 54/58 P47 du 352' FG - Col. Mason. Ilh25/14hl5.
Middle Box : 59/61 P47 du 359* FG - Lt-Col Tacon. Ilh35/14h25.
Les "Spitfire” avaient 3 minutes de retard, les P47 “Thunderbolt” sont restés avec les B17 jusqu’à 13hl8 à l’Ouest de Bapaume. Sortie des P47 à Gravelines.
Rear Box : 48/52 P47 du 353' FG - Major Rimerman. Ilh07/14hl4. Sortie à Fécamp.
Area Support. Type 16-control
47/51 P47 du 4' FG. Lt-Col Blakeslee. Ilh40/14h45.
Combat avec des FW 190 au-dessus de Doullens. Comme relaté ci-après.


Les 47 P47 “Thunderbolt” du 4' Fighter Group de la 8* AF des USA en mission type 16-Control sont sous les ordres du Lt-Colonel Blakeslee.
Ce groupe de chasse est entré en France au Nord de Dunkerque à 12hl9 à 4500 mètres d’altitude suivant un itinéraire par vecteurs donnés par le contrôle Ginfizz.
Le dernier vecteur va amener ces chasseurs américains à rejoindre 3 petits Boxes de bombardiers au Sud de Lens volant à 6900 mètres d’altitude. Le Squadron leader de ce 4e FG va alors se placer à la même altitude que les bombardiers de façon à assurer leur sécurité tandis que les autres Squadrons protégeront les 2 autres Boxes de Forteresses.
Arrivés dans la région de St-Pol - Doullens - Hesdin 12 FW 190 volant en formation de 4, comme les P47, seront aperçus plonger du soleil vers un B17 straggler volant dans le groupe le plus bas.
Le Lt-Colonel Blakeslee, leader du 4e Fighter Group va immédiatement donner l’ordre d’attaquer ces avions ennemis, plongeant lui-même vers ces derniers et au cours du dog fight qui s’en suivra de 7200 à 900 mètres d’altitude, détruira l’un des FW 190, étant lui-même à son tour pris en chasse par 3 autres FW 190.

Au cours de ces combats, le Lt-Colonel Blakeslee revendiquera ainsi avoir détruit un FW 190 mais son avion sera très endommagé (Catégorie B) en particulier au niveau de la section arrière et de la queue par les tirs des FW190.
2 des 3 FW 190 qui l’attaquaient abandonneront cependant le combat, lorsque le Capitaine JA. Goodson (Squadron 336 de ce 4e FG) interviendra en venant à son secours, détruisant (selon ses revendications officielles) l’un après l’autre 2 des 3 FW190 qui étaient à sa poursuite.

Dans le même secteur, le Lt Garrison du Squadron 336, endommagera également un autre FW190. Les Lts Millikan et Villinger ouvriront le feu eux aussi mais aucune revendication ne sera faite.
Les FW 190 étaient de couleur bleu clair et avaient des nez jaunes. Les pilotes paraissaient particu¬lièrement agressifs.
Au cours de cet engagement les “Spitfire” seront aperçus, selon les pilotes américains, au-dessus des bombardiers, plonger à plusieurs reprises sur leurs sections mais sans jamais ouvrir le feu.
Un parachute a été aperçu sortir d’un B17 dans la région de Hesdin et un autre parachute blanc a été vu dans la région de Doullens. Un B17 a été observé avec ses roues et ses volets sortis.
Un autre P47 du Squadron 336 se trouvant isolé lors de son retour vers les côtes de France verra venir vers lui 2 FW190 à 1200 mètres d’altitude mais parviendra à s’échapper.
Sortie du 4' Fighter Group entre Berck et Le Touquet entre 13h40 et 13h50 à 6000 mètres d’altitude.

Protection du retour des bombardiers par les chasseurs de la RAF : Ramrod 433.
Protection des 4 premiers Wings de Combat de B17.

- 24 “Spitfire” IX des Squadrons 403 + 421 de la RAF. 127* Airfield.
RV 20 miles SE de Cambrai à 6900 m d’altitude respectivement à 12h55 et 13h00. Atp. Uneventful.
- 24 “Spitfire” IX des Squadrons 132 + 602 de la RAF. 125* Airfield.
Le Squadron 602 assurera la protection des 2* + 3* Boxes de B17 jusqu’au-dessus de la baie de Somme avant de retourner aider le Squadron 132 qui se trouvait alors escorter les 4*, 5* et 6* Boxes de B17. 2 FW 190 seront vus attaquer un B17 isolé dans la région d’Albert.
Le W/Cdr Yule (# MH 718), leader du Squadron 132 revendiquera avoir abattu l’un de ces FW 190 au-dessus de la région d’Albert.
Le F/O JJ. Caulton (# MH 505) du Squadron 132 avait perdu son réservoir supplémentaire larga¬ble au décollage se posant immédiatement après. Le F/O H. Smith (#MJ 237) qui attendait en réserve prendra sa place. Le rendez-vous sera effectué avec les bombardiers mais dans la région d’Abbeville environ 8 FW 190 attaqueront les bombardiers.
Ces FW 190 seront alors engagés par les “Spitfire” IX du 125' Airfield.
Le F/Lt HJE. Walmsley (# MH 719) de ce Squadron 132 ouvrira le feu vers l’un de ces FW 190 qui tombera en flammes.
Le P/O Pierre Clostermann (# MH 504) (Forces Françaises Libres) du Squadron 602 attaquera à son tour 3 autres FW190 et revendiquera avoir endommagé l’un d’eux.
Une Forteresse sera vue tomber en flammes dans la baie de Somme.
Le “Spitfire” IX # MH 722 du Squadron 602 piloté par le F/Sgt Jenkins, à cours de carburant, tombera dans la mer au large de Douvres. Le pilote sera sauvé par l’Air Sea Rescue. 12h20 à 14h26.

Protection des 5 derniers Wings de Combat de B17.
- 24 “Spitfire” IX des Squadrons 19 + 122 de la RAF. 122* Airfield.
RV avec les B17 environ 20 miles au Sud-Est de Cambrai à 6000 m d’altitude à 13hl0 et 13h20.
6 avions ennemis seront vus plonger des nuages au Sud-Ouest d’Arras, poursuivis par les P47.
8 FW190 attaqueront les B17 entre Doullens et Saint-Pol-sur-Temoise.
2 “Spitfire” IX du Squadron 19 ouvriront le feu en poursuivant un avion ennemi mais sans résultat certain, l’un d’eux étant tout de même revendiqué endommagé.
Un FW 190 sera détruit par le pilote d’un autre Squadron, le pilote allemand sautant en parachute. Un avion non identifié sera vu s’écraser en baie de Somme.

-36 appareils type “Spitfire” IX des Squadrons 302 + 308 + 317 de la RAF. Northolt.
RV 20 miles SE de Cambrai à 6900 m d’altitude respectivement à 13hl0 et 13h20.
Entre Albert et Doullens 10 à 15 FW 190 sortant du soleil effectueront une attaque par le dessus vers les B17 mais le Wing de la RAF et les P47 engageront ces avions ennemis.
Le F/Lt Najbicz du Squadron 308 + le Wing Commander ouvriront le feu mais sans succès.
Après cette attaque, à priori, 3 parachutes seront aperçus.
Fighter Sweep. 24 “Typhoon” Ib des Squadrons 198 + 609 sur Venlo - Cambrai - Boulogne...

Rapport de combat du W/Cdr Yule - RAF Squadron 132.

“ J’étais Red 1 du Squadron 132 volant vers la côte, entre 2 formations de Forteresses quand une attaque de FW190 eut Ueu venant de la direction de 6 à 7 heures vers les bombardiers.
Le Squadron 132 fit demi-tour pour engager les assaillants mais les avions ennemis plongèrent au loin en s’éloignant. Peu de temps après, aux environs de 13h25, à une altitude de 6600 m,je vis 2 FW190 attaquer une Forteresse B17 straggler. Je plongeai vers eux mais l’un des FW 190 après avoir effectué son attaque s’échappa en prenant de l’altitude vers le soleil. Manifestement ce FW 190 ne nous avait pas vus car il fit un virage se préparant à plonger de nouveau vers le B17.
J’ouvris le feu d’environ 400 mètres avec mes mitrailleuses et mes canons. L’avion enenmi effectua un demi-tonneau et plongea vers le sol. Je le suivis d’une distance de 150 / 200 mètres terminant mon tir d’un angle ouvert de 5° et vis des impacts suivis d’une explosion de flammes venant du dessous de son cockpit.
J’abandonnai la poursuite quand regardant à nouveau vers le bas je vis un parachute ouvert mais je ne pus voir l’avion toucher le sol car il y avait d’autres avions ennemis au-dessus.
Je réclame cet avion détruit. Mes n°3 et 4 peuvent témoigner de cette attaque.”

Rapport de combat du F/Lt Walmslev. RAF - Squadron 132.

“Je volais comme Yellow 1 et après avoir essayé d’engager des avions ennemis attaquant des Forteresses, je me retrouvai à gauche, seul et derrière la formation arrière des bombardiers. Je décidai alors de regagner l’Angleterre tout seul quand à environ 16 km à l’Est d’Abbeville, 4 FW190 me prirent en chasse. J’appelais à l’aide mais j’aperçus 4 FW190 supplémentaires en face de moi se dirigeant vers la côte.
Ayant un avantage considérable dans ma vitesse j’attaquai l’un d’eux par l’arrière ouvrant le feu de 250 mètres, terminant mon tir à 220 mètres. L’avion tenta de tourner et je tirai à nouveau l’atteignant au niveau du fuselage et du cockpit. Il tomba immédiatement en feu. Les 3 autres FW190 m’attaquèrent et à ce moment le W/Cdr Yule arriva avec sa section ce dont je lui suis extrêmement reconnaissant.
Je réclame un FW190 détruit. Ceci est confirmé par le W/Cdr Yule.”

Rapport de combat du W/Cdr Yule. RAF - Squadron 132.

“ Comme nous arrivions vers Abbeville, Yellow 1 (F/Lt Walmsley - Squadron 132) appela à l’aide car il était attaqué par 4 FW 190 à 5400 mètres d’altitude.
Ayant fait demi-tour avec mon n°3 et Blue 1 je le vis engagé avec les avions ennemis et en dessous de nous. Je plongeai vers eux et vis le F/Lt Walmsley tirer sur un FW190 qui prit feu et s’abattit vers le sol.
Un autre FW 190 était déjà en train d’attaquer le F/Lt Wamsley aussi je plongeai vers cet avion qui rom-pit le combat à grande vitesse. Je tirai une courte rafale qui n’eut aucun effet. Les autres avions ennemis dis-parurent après notre arrivée.”

Rapport de combat du Lt Williams. RAF - Squadron 132.

“ Yellow 1 appela à l’aide car il était attaqué par des avions ennemis. Red 1 vint pour le délivrer et quand nous arrivâmes en vue de Yellow 1, un FW 190 en feu commençait à tomber verticalement laissant échapper de la fumée blanche.


"Rapport de combat du P/O Pierre Clostermann. RAF - Squadron 602.

“ En raison du carburant qui diminuait beaucoup je revenais seul vers la côte de France. À proximité d’Abbeville j’attaquai 3 FW190 à travers les nuages. J’ouvris le feu vers l’avion du centre, tirant une rafale de 2 secondes et vis des impacts sur les ailes avant et le fuselage mais la vitre de mon cockpit givra et je dus arrêter l’engagement. Je revendique cet avion comme endommagé.’’

Rapport de combat du F/Lt Drinkwater. RAF - Squadron 19.

“ J’étais le leader de la White section lorsqu’à 5700 mètres d’altitude dans la région de Saint-Pol je vis arriver du soleil 8 FW190. Ces avions ennemis rompirent immédiatement leur attaque dès qu’ils nous aperçurent et s’éloignèrent au loin en désordre.
Je poursuivis l’un d’eux et ouvris le feu à 4000 mètres d’altitude vers celui-ci mais ne pus estimer le résultat. L’avion ennemi partit en piqué vertical et je le perdis de vue dans les nuages qui étaient à 1200 mètres de 10/10. Je ne vis pas d’impacts mais réclame tout de même un FW 190 endommagé après avoir étudié mon film de combat.”

Il est difficile, voire impossible de faire le point exact concernant le détail de ces combats qui se sont déroulés au-dessus de notre région ce 7 janvier 1944. Néanmoins sans parler des éventuelles revendications des mitrailleurs se trouvant à bord des B17 nous savons que les revendications des chasseurs de la RAF et de la 8' AF des USA sont les suivantes :

RAF : 2 FW 190 détruits - 0 probable -1 FW 190 endommagé
4' FG : 3 FW 190 détruits - 0 probable - 2 FW 190 endommagés
Total : 5 FW 190 détruits - 0 probable - 3 FW 190 endommagés

Le Gruppe II de la JG 26 de la Luftwaffe a décollé à 12h45 de Cambrai / Epinoy volant en formations de 4 FW 190 (Schwarm) pour harceler les B17 “Forteresse” rentrant d’Allemagne et regagnant les côtes de la Manche et en particulier la baie de Somme. Cette formation parviendra à abattre 3 B17 “Forteresse” malgré la protection des chasseurs de la RAF et de la 8' AF des USA.

Nous savons que 4 FW 190 de ce Gruppe II de la JG 26 auront été abattus en combat aérien ce jour:

— FW 190 A6 Wnr 470233 du 5 / JG 26.7 blanc. Uffz Gerhard Falkner, Parachuté mais blessé.
Crash au Sud-Ouest de Doullens.
- FW 190 A6 Wnr 470206 du 5 / JG 26.1 blanc. Lt Rolf Saligmann. Tué.
Crash à l’Est de Doullens.
- FW 190 A6 Wnr 550727 du 6 / JG 26.2 noir. Fhy-Fw Hellmuth Wirth. Jué.
Crash au Sud-Est de Abbeville.
- FW 190 A6 Wnr 530401 du 7 / JG 26.7 brun. Lt Kurt Vavken. Tué.
Crash 12 km au Sud-Est de Montreuil. (Nous verrons cependant un peu plus loin que ce FW190 n’ a probablement pas de rapport avec ce Ramrod 433 mais avec le Ramrod 435)
Ce Gruppe II de la JG 26 revendiquera la destruction de 2 P47.
— Un P47 détruit par l’Uffz Guttmann du 8 / JG 26 près de Doullens à 13h35.
— Un P47 détruit par l’Uffz Glunz du 5 / JG 26 près de Boulogne à 13h45.

Nous savons qu’en fait aucun P47 n’a été détruit.

Par contre le P47 du Lt-Colonel Blakeslee a été gravement endommagé lors des combats. Il ne fait aucun doute que ce dernier a été considéré détruit par l’un de ces 2 pilotes allemands, et très certainement par l’Uffz Guttmann. À priori au-dessus de la région de Doullens lorsqu’il a revendiqué un FW 190 détruit
Ce dernier correspond très probablement à celui tombé juste à l’Est de Doullens mais nous ne pouvons l’affirmer de manière absolue.
Donnons ci-après quelques précisions sur le crash de ces 3 premiers FW 190 indiqués ci-dessus :

- Le FW.190 A6 War 470233 du 5 / JG 26 - 7 blanc-

Son pilote, l’Uffz Gerhard Falkner a réussi à sauter en parachute mais a été blessé. Cet avion s’est écrasé au Sud-Ouest de Doullens. Il s’agit du seul sur les 4 pilotes allemands à avoir eu la vie sauve.
De toute évidence ce FW 190 s’est écrasé sur le village de Boisbergues. dans le larry, au Sud.

Dans le détail, la mission au cours de laquelle le FW 190 A fut abattu

Textes JP Ducellier

8 AF 178 - Ramrod 433 Attaque en Allemagne sur Ludwigshaffen Heure 0 : 10h 00


420/502 B17 + B24 de la 8* Air Force des USA sur le centre industriel de Ludwigshafen en Allemagne. 2 Forces : Première Force : 3* + 2' Division. Deuxième Force : 1*” + 2' Division de bombardement.
Largage de 1001 tonnes de bombes GP vers cet objectif et vers quelques TOs entre llh27 et llh57. La route : Entrée par le Zuiderzee - Ludwigshafen - retour et sortie par la Pointe de Saint-Quentin (Nord de la baie de Somme)
... 50o00’N/03°30’E - 50°15’N/01°30’E - Beachy Head (1èr* Div.) Dungeness (2' Div.) Hastings (3* Div.) N. de St-Quentin N. baie de Somme 13hl0. (FRV Spit.) 13h46.
Victoires revendiquées : 30-6-17 e/a.
Pertes : 12 MIA. 4 Catégorie E. 14 tués. 13 blessés. 121 hommes MIA.

Les 12 bombardiers lourds portés manquants :

Capture.JPG
Un peu avant ces événements, le Gruppe I de la JG 26 avait décollé de Florennes à 12hl0 pour pren¬dre la direction de Creil avec ses réservoirs supplémentaires. Dirigés vers des avions alliés ces FW 190 vont alors rencontrer un Flight de 4 P47 du 458' FG au Sud Est de Maubeuge. (Cousolre - Colleret)
Le Lt-Colonel Wells est le leader de ce 458' Fighter Group en support de pénétration de la 2' Force.
Cologne llhl4. Sortie prévue au-dessus de la Hollande... mais au retour 4 P47 du Squadron 367 de ce 358' FG sous les ordres du Major Younglass en compagnie du Lt Pousette, Lt Bedford et Lt Rueschoff vont descendre sous les nuages et apercevant un terrain herbeux type landing ground, se croyant au-dessus de l’Angleterre... vont se préparer... c’est alors que surgissent 8 FW 190 qui vont les attaquer et en abattre trois. Seul le Lt Rueschoff après une violente evasive action parviendra à s’échapper et à rejoindre sa base.
— L’Hptm Karl Borris du Stab I / JG26 revendiquera la destruction d’un P47 à 12h30 à Cousolre.
— L’Oblt Kurt Kranefeld du Stab I / JG26 revendiquera la destruction d’un P47 à 12h30 à Cousolre.
— Le Lt Georg Kiefner du 1 / JG26 revendiquera la destruction d’un P47 à 12h31 à Colleret.
Derniere page.JPG
Textes Pierre Ben et JP Ducellier, mise en page Michel Lespagnol
Au cours de ce combat aérien certains ont dit qu’un fragment de cet avion, peut-être un réservoir, était tombé sur la ferme de Alfred Laigle à Outrebois (dernière ferme à la sortie du village en se dirigeant vers Boisbergues) et y a mis le feu. Il peut aussi s’agir tout simplement au cours de ces combats aériens d’un obus explosif qui ait mis le feu à la paille déclenchant ainsi l’incendie total de la ferme.
Le journal “L’Authie” signalera en effet pour ce jour :
“Le 7 janvier 1944 à 13h45, un avion allemand est tombé à 600 mètres au Sud de Boisbergues.
Le réservoir de cet appareil est tombé sur les dépendances de la ferme d’Alfred Laigle, à Outrehois.
Deux granges, une étable, une écurie, 20000 bottes (foin, blé, avoine) 5000 kgs de pommes de terre, 5 génisses, une batteuse et un chariot ont été détruits.”
Etant donné l’observation d’un parachute par le W/Cdr Yule du Squadron 132 lors de la destruction du FW 190 vers lequel il avait ouvert le feu et que seul l’Uffz Gerhard Falkner a échappé à la mort, on peut peut-être penser que cet avion a été abattu par celui-ci.
— Le FW 190 A6 Wnr 470206 du 5 / JG 26 -1 blanc piloté par le Lt Saligmann Rolf s’est écrasé à L’Est de Doullens. Le pilote a été tué.

Cet avion s’est écrasé de toute évidence sur le territoire des fermes de Beaurepaire-les-Doullens.
Très probablement 20 mètres au Nord des maisons elles-mêmes, sur la gauche de la RN2S en allant vers Arras. Georges Lenglet se souvient encore de cet avion allemand tombé à cet endroit, la queue de l’avion dépassant encore du sol parmi les autres fragments sur un sol boueux, le camion allemand chargé d’aller récupérer le corps du pilote s’étant embourbé.
La date de ce crash toujours selon Georges Lenglet, remontait à une période pas très lointaine après la chute du “Lancaster” au niveau du Calvaire Foch à Doullens qui avait eu lieu le 10 décembre 1943.
Il faut cependant signaler qu’un autre FW 190 s’est écrasé 1200 mètres à l’Est de ces mêmes fermes de Beaurepaire près d’un petit passage à niveau, dans un champ juste au Nord de la voie ferrée.
Simone Candellier, garde barrière du principal passage à niveau d’Halloy sur cette voie ferrée Arras-Doullens avait été le témoin de ce crash ayant eu lieu 700 mètres à l’Ouest de sa maison de garde barrière un jour de beau temps. Les Allemands étaient allés sur place avec leur camion et cette brave dame avait gardé le souvenir, du corps du pilote jeté par les militaires dans ce camion, apparemment sans ménagement.
Pour ce dernier crash si nous n’avons pas la date, par contre nous sommes sûrs qu’il s’agit bien d’un FW 190 car Simone Candellier nous avait jadis confié le siège dorsal de cet avion et aucun doute n’est possible sur le type de ce chasseur.

- Le FW 190 A6 Wnr 550727 du 6 / JG 26.2 noir.

Cet avion s’est écrasé sur le territoire de la commune de Coquerel.
Son pilote, le Fw Hellmuth Wirth a sauté en parachute mais ce dernier ne s’est pas ouvert et l’aviateur a trouvé la mort.

Les services de gendarmerie signaleront en effet que :

“ Le 7 janvier 1944 un avion de chasse vraisemblablement de nationalité allemande est tombé vers 14h00 sur le territoire de la commune de Coquerel à 150 mètres de la ferme de Joseph Danten.
Un appareil est complètement détruit.
Il n’a pas été possible de l’approcher. L’accès en est interdit par des soldats allemands.
Le même jour vers la même heure un parachutiste s’est écrasé sur le sol à 2 km au Nord de la commune de Long au lieu-dit le chemin de Villers. Il doit s’agir du pilote de l’appareil tombé à Coquerel.
Le parachute ne s’est pas ouvert.
Il n’ a pas été possible d’approcher, une sentinelle allemande interdisant l’accès''


La destruction de 3 B17 “Forteresse” de la 81 Air Force des USA lors de leur survol de la Somme et du Pas- de-Calais pendant leur retour d’Allemagne.

— À 13h27, l’Oblt Hummel du 6 / JG 26 revendiquera la destruction d’un‘B17 “Forteresse”
10 km au Nord-Ouest d’Abbeville.
— À 13h45, l’Uffz Schulwitz du 8 / JG26 revendiquera la destruction d’un B17 “Forteresse”
1 kilomètre au Nord de JVois Marqttets.
— A 13h50, le Lt W. Hofmann du 8 / JG26 revendiquera la destruction d’un B17 “Forteresse”
2 kilomètres à l’Est de La Calique.

La destruction d’un B17 “Forteresse” 10 km au Nord-Ouest d’Abbeville. 13h27, par l’Oblt Hummel du 6 / JG 26.

Il s’agit du B17 “Forteresse” # 41-24525 du Squadron 547 (SO O Y) appartenant au 384* BG de la 8' Air Force des USA. Sur la queue : un THangle blanc avec la lettre P en bleu marine.
À bord 10 hommes d’équipage.
Pilote. 2nd Lt Walter E. Garner.


Attaqué par ce FW 190 du 6 / JG 26, ce bombardier lourd s’écrasera sur le territoire de Saint- VII 1erv-sur-Somme au lieu-dit “ Les Mollières” non loin de Novelles-sur-mer.
2 aviateurs trouveront la mort dans ce crash. Les 8 autres seront par la suite faits prisonniers.

Les Services de gendarmerie signaleront que :

“Le 7 janvier 1944 vers 13h45 un bombardier anglais est tombé en flammes au lieu-dit “Les Mollières” commune de Saint-Valéry-sur-Somme. 2 des occupants ont été tués et 4 autres qui se sont jetés en parachute n 'ont pas été découverts. Pas de victimes parmi la population.”

FW BOISBERGES DESSIN.jpg
B17.JPG

Le morceau du pneu Contiental

Pneu Contiental.JPG
Profil par Dany Dheilly

ce site a été créé sur www.quomodo.com